Toutes les musiques chez soi.

Toutes les musiques chez soi.

Comment écoute-t-on nos musiques préférées ? La radio, le iPhone, les récepteurs fixes à la maison. Et maintenant, en très grand nombre grandissant, via l’ordinateur en se branchant sur les sites web de «streaming». Ce qui devrait accentuer en accéléré la conversion déjà largement amorcée de la programmation des postes de radio hertziens, FM, vers la radio parlée. Et même la RadioWeb se fait un plaisir d’être tentée par la radio parlée ; les succès spectaculaires des baladodiffusions en témoignent. La musique comme la parole, on les choisit et les écoute quand on veut....
Championnat des écologistes.

Championnat des écologistes.

Nous nous nourrissons aux palmarès. Du hockey aux Institutions d’enseignement, du firmament de l’ADISQ à la fiabilité des appareils ménagers dans PROTÉGEZ-VOUS. Nous touchons ainsi enfin au lieu saint des certitudes. Finies les hésitations, les discussions, sources de conflits. Le palmarès tranche pour nous comme un juge doit le faire. Comme le pape le fait quand il décrète qui est exemplaire et sanctifiable. L’Église nous révèle alors qui on peut admirer, et qui on a le droit de vilipender! Le processus électoral se situe d’ailleurs dans cette...
Moi, la batterie… pas fort là-dessus.

Moi, la batterie… pas fort là-dess...

C’est le rythme de vie, le battement de cœur dont la régularité rassure. Et oui. Nécessaire. Il n’y a pas de musique sans rythme. Avec ou sans batterie. Cette musique qui a d’abord été été tribale et percussive. La mélodie est apparue plus tard. Je le sais bien. Et le rythme rassemble, oui. Les tambours groupaient la tribu, lui donnaient une cohésion en scandant à l’unisson ses mouvements. Fondant les peurs et les joies au même creuset. Le tambour est répétitif et prévisible donc apaisant malgré le son tonitruant. Quand on sait ce qui vient on perd l’angoisse de...
Vivre par procuration

Vivre par procuration

Pourquoi vivre nos amours, nos colères, nos rêves avec leurs cortèges d’émotions et peut-être de déceptions ? Tellement plus facile de confier à des personnages fictifs le soins de vivre tout ça pour nous. On se crée des idoles et de cruels ennemis imaginaires pour s’en occuper. On s’est même inventé des religions pour ne pas être obligé de prendre des décisions morales! Et c’est tellement rassurant de se donner l’impression de contrôler les sources d’émotions. Tous nos bonheurs et nos malheurs sont à la merci de l’implacable télécommande qui les met « ON » ou...
Les messagers n’ont que l’importance du message

Les messagers n’ont que l’im...

  Oui je sais… Marshall McLuhan et son « The medium is the message ». Oui, la solidarité doit être universelle contre les forces des hydres de la bêtise. Mais les répétitions de la moindre anecdote de faits devenus divers commencent à saturer mes émotions déclenchées par les évènements de Paris. Malheureusement, l’encre et la réthorique ont toujours fait bon ménage avec le sang. Le moindre journaliste, quelque soit le médium, se sent obligé de nourrir ses interventions au pathos inévitable d’une telle tragédie. Oui, je veux bien : le pluralisme des points de vue....