Oscars, Gémeaux, Césars, Nobels, Goncourts…

Oscars, Gémeaux, Césars, Nobels, Goncour...

Le naïf baron de Coubertin rêvait en couleur. Ce n’est pas de PARTICIPER qui est important, c’est de GAGNER. Et la PREMIÈRE PLACE ou rien. Sinon on risque l’oubli. On ne reçoit jamais assez de témoignages d’appréciation. Le genre de témoignages qui rend les autres envieux. Le sentiment très net d’avoir accompli un maudit bon travail, une cibole de performance, d’avoir écrit un sacré bon livre, d’avoir développé un remède qui va soulager des millions de gens… Tout ça ne suffit pas toujours. Il faut que nos satisfactions personnelles soient entérinées par...
Suggestions pour Ti-Mé

Suggestions pour Ti-Mé

Pendant que l’on discute sans doute encore si le succès vient du créneau horaire de diffusion d’une émission ou si c’est l’impact de cette émission qui lui donne droit à un créneau privilégié, les bonzes de la programmation télé sont perplexes. «Es-tu vedette parce que tu passes à la télé ou si c’est parce que tu es vedette que tu passes à la télé ?». Cela vous semble-t-il une analyse vaine ?  C’est que vous ne connaissez pas vraiment les délices de la cafétéria de Radio-Canada et ses conversations. Vous pourriez y entendre...
La cupidité du pétrole

La cupidité du pétrole

Cinq ans que la Syrie se consume en devenant le théâtre désolant d’une Troisième Guerre mondiale. 260 000 tués, 8 000 000  déplacés dans le pays, l’exode cauchemardesque de 4 000 000 de réfugiés à l’étranger. En Syrie, un habitant sur deux est devenu un errant dépossédé. On sait plein de détails de cette catastrophe mondiale. De là à comprendre… c’est autre chose. Un documentaire télévisuel diffusé jeudi prochain, le 25 février à 23 h 40 sur TV5 réussit une synthèse très éclairante. On y arrive à COMPRENDRE le pourquoi du comment de ce conflit aux...
OSM 1 / Canadiens de Montréal 0

OSM 1 / Canadiens de Montréal 0

Nous étions, ma dulcinée et moi, à la Maison symphonique hier soir pour ce concert organisé par Spectra Musique dans le cadre de Montréal en Lumière. L’Orchestre symphonique de Montréal était dirigé par celui qui en a façonné le son pendant presque 25 ans. Son ex-chef, Charles Dutoit le flamboyant, qui avait invité son ex-épouse, une des plus grandes pianistes de son temps, Martha Argerich. Soirée de grâce. Berlioz, Beethoven, Ravel, Stravinski et la cerise sur le gâteau des anges : la signature de Dutoit à Montréal, son Boléro de Ravel comme un feu d’artifice. Une soirée...
Pourquoi pas ?

Pourquoi pas ?

...