Noblesse de la quétainerie

Noblesse de la quétainerie

MC Gilles, un ethnologue nécessaire.

Le sublime et le sordide ont l’habitude de se côtoyer. Notre monde est fait de contrastes et navigue entre des notions comme le bien et le mal, le floral et la merde, la vie et la mort en fait.

Pour nous aider à différencier le bonheur du malheur ?

Comme Dave Éric Ouellet (MC Gilles), je suis fasciné depuis toujours par les arts populaires mais mon bagage socioculturel classique a évidemment tenté de dresser un sens interdit vers ce que l’on appelle quétainerie comme pour m’en protéger, dirait-on.

Mais je refuse de snober Adieu chérie par le Soldat Lebrun sous prétexte qu’il existe le Requiem de Mozart ou Cinq pieds deux, les yeux bleus de Serge Deyglun parce qu’un jour est née Rhapsody In Blue de George Gershwin.

contraste

La vie est changement. Nous ne sommes que des contrastes. Nous sommes parfois divins et, d’autres fois, souvent, des démons quétaines. Je vous le jure : Victor Hugo a dit, écrit, fait des conneries. Le pape aussi. Moi aussi et vous aussi.

Mais il existe plein de tabous pour nous empêcher de franchir cette frontière insidieuse entre le sublime et le sordide, le génial et le quétaine. Dave Éric Ouellet s’est trouvé un passeur pour lui permettre franchir sans encombre la maudite frontière : un alter égo, un dénommé MC Gilles. Deux costumes pour le même homme, deux passeports pour ignorer les interdits. Un côté grano et un côté givré…

oval

Il camoufle, juste assez, son émoi dans une enveloppe de dérision. Un humoriste, MC Gilles ? Attention «c’est pas parce qu’on rit que c’est drôle». Derrière le camouflage mi-figue mi-raison de cet homme, œuvre un ethnologue nécessaire. Entre la culture populaire toujours importante, enracinée, et les tendances snobes et superficielles, Dave Éric Ouellet a choisi de chérir la pureté, la naïveté de nos balbutiements culturels. Tout à son honneur cet attachement à notre patrimoine.

chersradio

Il y a déjà trop longtemps, j’avais réalisé une série d’émissions de radio à Radio-Canada puis publié deux livres intitulés Chers nous autres illustrés d’une collection de photos de famille récoltées à travers tout le Québec (VLB éditeur, 1978, tomes 1 et 2). J’avais amassé une collection de 12 000 lettres privées de Québécois. Enfouies au fond de discrètes boîtes à chaussures. Rachel Cailhier et Michel Garneau les lisaient à la radio. Un florilège des sentiments québécois de tout acabit exprimés dans le secret des correspondances en toute pureté, en toute naïveté. Il me fallait des musiques de transition. Il n’y avait qu’un seul genre musical qui offrait la même spontanéité, la même pureté : le western québécois. Dans le soi-disant quétaine, on trouve une valeur qui se fait parfois plus rare que dans le sophistiqué de bon aloi : la vérité.

Dave Éric Ouellet collectionne, affectionne, et respecte la vérité sans fard quand il empile chez lui ces milliers de disques et d’objets que trop de gens renient, ces objets chromos, ces textes bancals qui contiennent nos joies et peines profondes.

laffreuse-lampe-bleue

Quand on voit MC Gilles, on rit de ces morceaux d’anthologie qu’il déniche et affiche. Mais derrière les sourires moqueurs, nous pleurons aussi une certaine perte de vérité.

rond«On vit dans un monde superficiel et je combats ça, en cherchant l’authentique, peu importe où je le trouve. (…) Je ne me moque pas de la pop culture. Ça m’intéresse réellement et sincèrement. Moi, je ne me place pas au-dessus des quétaines, mais au-dessous. Je me considère comme un quétaine assumé et comme le canal de communication entre deux mondes. Pour moi le beau, le laid, le bon ou le mauvais, ça n’existe pas. Tout est égal. Madonna ou mon garagiste, pour moi, c’est du pareil au même. (…) Je ne porte pas de chandail de loup, je porte un t-shirt qui se moque de ceux qui se moquent du chandail. Bref, je suis rendu un degré plus loin que l’ironie. (…) La seule chose que je refuse, c’est la division sociale et surtout le faux standing social». (Interview de Nathalie Pétrowski dans La Presse, le 27 mai 2013)

Quand MC Gilles publie un disque compilation, achetez-le comme vous pourriez acheter un Marc-Aurèle Fortin ou un Marc Séguin. Des balises de notre vraie culture.

Je souhaite un jour assister à l’ouverture du musée Dave Éric Ouellet. Je vais y passer de longues heures avec un grand respect pour la passion sensible au patrimoine de cet homme qui a choisi de rire pour nous permettre de réfléchir à une partie incontournable de notre identité.

cd

Osez écouter le début de son futur musée, ce disque compilation.

 

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

5 Responses to “Noblesse de la quétainerie”

  1. gponthieu dit :

    Quétaine, quétainerie : mon Robert (le Grand) est aussi ignare que moé !
    Qesaco ?

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.