« Allo ? Jeanne d’Arc ? C’est Marine… »

« Allo ? Jeanne d’Arc ? C’est Marine… »

L’une a voulu chasser les Anglais de France et l’autre souhaite saigner sa France des Arabes et autres migrants. Jeanne a brûlé et ça chauffe pour Marine.

Encore l’intolérance un peu raciale et beaucoup religieuse. Une source inépuisable de conflits, de préjugés, d’exactions (si les horreurs ne sont pas cautionnées par l’État), de guerres (si l’État organise).

Guerres de zones d’influence à se déchirer pour les Jésus, Moïse, Mahomet et autres détenteurs de la Vérité absolue pour tous. On embrigade ses fidèles selon un petit paquet de convictions. Mais alors ? Il n’y aurait pas de différences entre les religions et les partis politiques ? Ben non !!! Que ce soit le Pouvoir ou le Salut, il faut suivre le Chef. C’est lui qui sait. Mais ne n’est pas lui qui meurt les armes à la main ou les explosifs à la ceinture.

Si on regarde d’un peu plus près les différences entre les religions, y trouvons-nous des ressemblances avec les crédos politiques ?

is-5

 

Chez les chrétiens, les juifs, et les musulmans : un dieu unique et trois déguisements (Dieu, Yahvé, et Allah).

C’est chez les directeurs des communications, les prophètes, qu’on trouve des différences. Pour les chrétiens, Jésus est fils de Dieu et sauveur unique.

Pour les juifs, Jésus n’est qu’un prophète parmi d’autres.

Pour les musulmans, Jésus n’a rien sauvé et il n’est pas le seul à avoir voix au chapitre.

Pis ? Y a-t-il de quoi s’étriper en costumes d’époque ?

is-4

 

 

Voyons le sort de l’homme, du croyant fidèle dans ces trois camps.

Chez les chrétiens, nous sommes à l’image de Dieu et sauvés de l’enfer si on obéit.

Chez les juifs, nous sommes à l’image de Yahvé et sauvés de l’enfer si obéissants.

Chez les musulmans, nous devons nous soumettre à Allah qui décidera pour nous, ciel ou enfer.

Pis ? Y a-t-il de quoi s’étriper en costumes d’époque ?

Ce qui nous met en rogne les uns contre les autres, c’est ce qu’on mange, comment on le mange, comment on s’habille, comment on s’aime, comment on parle et pourquoi, et la crainte de ne pas avoir un meilleur accès aux biens de ce monde que l’autre, dont la seule présence nous menace.

28-baril-illusion-0eb41

Mais alors ? Si les différences religieuses ne nous arment pas, pourquoi s’enrôle-t-on là-dedans ? Un livre très éclairant vaut la peine d’être fréquenté et même fouillé.

Anthropologue de formation, l’auteur, Daniel Baril, a été journaliste à l’hebdomadaire Forum de l’Université de Montréal. Un laïciste convaincu et convaincant.

 

LA GRANDE ILLUSION
Comment la sélection naturelle a créé l’idée de Dieu
Daniel Baril
LES ÉDITIONS MultiMondes
2006 – 128 pages

Table des matières

  1. Introduction. Repenser le religieux. L’étendard du clan. Expliquer ne veut pas dire justifier. Quelques principes à avoir à l’esprit.
  2. Dieu prend du mieux. Désaffection et mouvance interconfessionnelle. États-Unis et Europe. Russie et Chine. Tendance globale : religion à la carte.
  3. La religion ou la vie sociale en raccourci. L’essentialisme dans « la forme élémentaire de la vie religieuse ». L’évitement de l’inceste et « l’odeur de parenté ». L’amour du prochain ou le gène égoïste. L’altruisme réciproque ou le plaisir du don. Le sacrement du pardon ou l’angoisse de l’exclusion. Le sacrifice extrême ou le syndrome du kamikaze. Et la religion dans tout ça ?
  4. Le rituel ou le prix à payer pour faire partie du groupe. La réification d’un symbole. Décourager les tricheurs. La théorie à l’épreuve des faits. L’émotion des profondeurs ou le rituel vu par le scanneur. Une parenthèse sur la neurothéologie. La réalité induite par le rituel.
  5. Le surnaturel ou l’irrépressible anthropomorphisme. L’intelligence sociale. L’algorithme darwinien de l’altruisme réciproque. Le module de « biologie intuitive » dans la religion. Le surnaturel naturel et contre-intuitif. La danse de la pluie ou le religiopithèque.
  6. La religion a-t-elle un sexe ? Différences intersexes. Les interprétations sociologiques. Profil psychologique « féminin ». Universalité des « stéréotypes ». La sélection sexuelle. Marqueurs cognitifs et marqueurs comportementaux.
  7. Synthèse : la religion est un épiphénomène.
  8. Gènes, hormones et culture : comment ils interagissent dans le comportement religieux. La molécule de la foi. Les jumeaux et la religion. Le faux problème du déterminisme. Causes proximales et causes ultimes.
  9. Conclusion : La sagesse humaniste de l’évolutionnisme.

Et pour vous aguicher davantage, allez vers Vigile.Québec.

siteon0-e5814

Entre-temps, le bûcher de Jeanne d’Arc est éteint depuis longtemps et celui de Marine Le Pen semble en amiante…

Et les icônes de l’Indépendance et du Libéralisme économique s’empoussièrent sur les tablettes des bondieuseries ou des ambitions personnelles.

Ni Dieu ni Maître, de Léo Ferré, interprète : Renée Claude

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

2 Responses to “« Allo ? Jeanne d’Arc ? C’est Marine… »”

  1. gPonthieu dit :

    Un vrai bon baril de « poudre arrêt curés »… et plein d’autres choses (c’était juste pour placer ce vieux jeu de mots…). Il est temps de revenir aux fondamentaux de la vie contre les fondamentalismes mortifères !

  2. gPonthieu dit :

    J’ai oublié de saluer Renée Claude, si excellente interprète de Ferré ! C’est fait.

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.