On peut se refaire, c’est Pâques.

On peut se refaire, c’est Pâques.

is-3

 

Chasse aux œufs bonbons pour les enfants, gloutonnerie nostalgie des grenades de sucre Laura Secord avec le trippant centre jaune, des œufs en chocolat pleins ou vides, ceux en jujube, et des autres, tous les autres dont les plus fantaisistes.

curt

D’aucun de ces œufs ne naîtra quelque créature vivante que ce soit. Simplement un œuf symbole du renouveau annuel du printemps, de la renaissance. Je me sens un peu prêcheur… Une tendance que je traîne depuis mon enfance (j’ai longtemps rêvé de vivre dans une abbaye athée et mixte…). C’est Pâques, je monte en chaire.

Alors je suggère de nous pondre soi-même, mes bien chers frères et sœurs. Jamais si bien servis que par nous-mêmes, dit-on. On décide de recommencer. Tout simplement. On se pond à notre goût. D’après des critères que l’on décide soi-même. Le secret n’est pas dans la poule, il est dans le mot décider. La source latine du mot, coedere, veut dire couper. Décider c’est donc couper, choisir. Un ménage de printemps, quoi.

À l’été, on jugera l’arbre à ses fruits. Nous évaluerons alors le bien-fondé des décisions que nous prenons maintenant et que nous mettons tout de suite en pratique. La réflexion sur soi-même ne suffit pas. Il faut agir. Il est faux de dire que le monde est pavé de bonnes intentions, il faudrait dire plutôt que le monde est miné de bonnes intentions ! Une intention qui ne débouche pas sur une action est un poids mort, une ornière, un boulet, un mensonge, une impuissance, une perte de temps et d’énergie, une tricherie avec les autres et surtout avec soi-même ! Avec son œuf…

is-1

Le bonheur est un fruit (ou un chocolat) à cueillir, celui du développement de la personne elle-même. Il n’est donc pas donné puisqu’il faut le culti­ver. Il faut même souvent aller jusqu’à le poursuivre. Le bonheur est affaire de responsabilité et d’action. De décision. Mieux vaut en effet corriger le tir que ne pas tirer du tout.

Le bonheur se construit à coups de décisions : les bonnes et les moins bonnes. Des décisions et leurs actions nécessaires. Mais en partage avec les autres puisque être heureux est à la fois un droit et un devoir !

vimeo

Si les circonstances extérieures à soi sont des influences inévi­tables pour l’épanouissement du bonheur individuel, il n’en demeure pas moins que notre bonheur est essentiellement tributaire de nos actions et de nos attitudes dynamiques. Je ne suis pas responsable de mon bonheur, mais de son épanouissement. Je suis responsable de prendre les moyens de l’atteindre, mais non coupable d’échouer. On ne peut être coupable que de ne rien faire. Je peux me tromper et me tromper à répétition, mais je ne peux pas ne rien faire, laisser faire, me contenter de subir. Le bonheur ne dépend pas de conditions externes à soi mais de la façon dont nous interprétons ces circons­tances. C’est ainsi qu’un événement heureux ne rend pas nécessaire­ment heureux et inversement. Mais il faut se rappeler que tout peut changer.

Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme, de volonté.

Alain (Émile Chartier)

Et vous savez quand tout change vraiment ? Quand l’Eau de Pâques se retrouve dans deux verres sur la table de chevet.

Maintenant, je sais, Jean Gabin

is-4

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.