Pas de développement sans site Web

Pas de développement sans site Web

La ministre Anglade claironne à TLMEP et ailleurs que nos PME doivent fleurir au plus sacrant sur Internet.
Point de salut hors l’Internet. Il faut aller chercher rapidement notre part de l’immense marché du magasinage en ligne. Elle n’a certainement pas tort.

SUR LE WEB POUR PRENDRE OU DONNER?
Éthique et stratégie commerciale sur Internet.

Un rappel des attitudes efficaces.

Dans le monde des enregistrés comme dans celui des incorporés, il faut se retrouver dans la parade du WEB. Pas question de se contenter du bottin téléphonique ou de cartes professionnelles embossées. Il faut son site WEB. À tout prix. Et de jolies factures valsées par les rois du Java. Mais madame la ministre semble disposer d’un budget à cet effet, laisse-t-elle entendre.

C’est vrai que de se retrouver sans site WEB, c’est un peu comme aller tapir sa boutique à Blanc-Sablon en espérant que les clients internationaux s’arrêtent par hasard un beau dimanche après-midi. En passant.

Deux tendances se dessinent nettement.

Les deux tendances actuelles du monde des communications et des relations publiques.
Il y a ceux qui veulent se faire connaître en PRENANT.
Il y a ceux qui veulent se faire connaître en OFFRANT.
Les cupides et les généreux.
Les individus et les citoyens.
Les sites au JE et les sites au NOUS.
Des conclusions se clarifient.
On peut OFFRIR sans PRENDRE… pas très payant.
On peut PRENDRE sans OFFRIR, le chemin de l’échec.

46 nu

Pour une firme ou un organisme privé ou public qui en est à l’étape de la conception d’un site, ce choix d’attitude est crucial. L’erreur fréquente rencontrée dès les premières réunions consiste à vouloir se faire connaître jusque dans ses moindres recoins : conseil d’administration, rapport annuel, historique, produits à vendre. Comme si on pouvait séduire en se dénudant d’un coup sec sur le pas de la porte de l’objet de ses désirs !

 

Cette soif d’exister sur le WEB de façon égocentrique est une catastrophe garantie du point de vue de la mise en marché. JE suis là, JE suis le meilleur, JE veux votre clientèle, JE suis prospère, etc. On ne revient pas souvent sur ces sites conçus comme de sophistiquées cartes professionnelles rutilantes et flagorneuses. Des circulaires criardes à oublier.

Les sites construits sur le principe du NOUS (citoyen vendeur et citoyen acheteur) sont beaucoup plus séduisants et efficaces. Ce sont les sites qui donnent, sans parcimonie, et qui comptent sur une réciprocité de bon aloi. Des sites qui arrivent sur l’écran avec une fleur ou un cadeau à la main… Dans l’esprit des PORTAILS. Et maintenant des MOTEURS DE RECHERCHE. Autrement dit: des sites qui FONT quelque chose pour vous.

Habituellement construits à partir d’un graphisme attrayant mais sobre, d’un rythme de mise en pages aéré, d’un chargement rapide, ces sites offrent des données utiles. On y trouve des collections de contenus recherchés et, par surcroît, on arrive à connaître mieux le commanditaire du site. C’est ainsi qu’un producteur d’aluminium offrira LE site concernant toutes les activités de canotage à travers le monde, qu’un distributeur de disques offrira LE site de références d’identification d’auteurs compositeurs, ou qu’une multinationale de la téléphonie offrira un bottin mondial informatisé.

Ces sites au NOUS sont donc basés sur un principe de partage. C’est ce qu’on appelle depuis longtemps une publicité de prestige. La tendance actuelle préfère l’orientation dite CITOYENNE.
Les sondeurs confirment l’efficacité de ces sites commerciaux préoccupés d’être utiles à répétition à ceux et celles qui les fréquentent. Ce sont les sites qu’on retrouve le plus dans les signets personnels.

46 wiz

Il y a les excités dont toute communication épidermique doit s’animer de bébelles Quick Time, Flash, Java ou autres. Il faut que le moindre signe s’agite. Le contenant est habituellement le contenu. Le taux de fréquentation de ces sites tient du feu de paille. On flamme avant de tomber dans l’oubli. Des sites au phosphore, dirait-on. Quand on veut communiquer du contenu, c’est le genre de site qu’il faut éviter de construire malgré les démonstrations époustouflantes des vendeurs webmestres ou des «wizkids» les culottes en bas de la souris Bluetooth.

La communication est d’abord séduction. Mieux vaut donc être agréable, voire utile à l’autre pour espérer provoquer la réciprocité de l’élan… même commercial!
Ne pas S’AGITER devant l’internaute, mais AGIR pour lui et, de plus en plus, avec lui.

46 nohome

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.