Le fantôme québécois

Le fantôme québécois

vaisseau 01

 

 

Un vaisseau fantôme est un navire maudit qui, selon une légende, est condamné à errer sur les océans, conduit par un équipage de squelettes et de fantômes, tel le légendaire Hollandais volant. Il peut aussi s’agir de l’apparition spectrale d’un navire disparu ou naufragé dans des circonstances particulièrement tragiques.

Le vaisseau PARTI QUÉBÉCOIS est à la dérive. Sans capitaine. Des capitaines y passent, s’y illustrent ou font face à des mutineries. Et s’en vont. Les capitaines Lévesque, Johnson, Parizeau, Bouchard, Boisclair, Landry, Marois, Péladeau et les boscos comme Drainville, Bédard ou autres regagnent volontairement ou non leur port respectif d’attache ou des ailleurs meilleurs.
La soif du pouvoir et des chimères politiques ravage le moral de l’équipage qui fait des ronds dans l’eau sans aller nulle part depuis des lunes.
Les menus  idéologiques goûtent le réchauffé et les idéaux manquent de sel et de citron. Le scorbut des ambitions crée des dissensions et des jalousies qui laissent la barre en errance.
Les instruments de navigation sont en panne. Plus de longitudes indiquées, que les méridiens. On tente de se rapprocher du Nord mythique de l’Indépendance mais en se butant à tous les terres et récifs qui encombrent les méridiens.

vaisseau 03
On perçoit des bruits de craquements et de S.O.S. qui se rapprochent ou s’éloignent, selon les humeurs des brumes politiques.
On veut y aller sans savoir où et encore moins comment. Attention : danger de naufrage! La rouille ronge dangereusement le navire…

vaisseau 02

Le vaisseau d’or, Nelligan, Monique Leyrac

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

3 Responses to “Le fantôme québécois”

  1. Malijai dit :

    Le problème essentiel est du au fait qu’ils se fient à l’astrologie au lieu d’utiliser un sextant.

  2. mcordeau61 dit :

    Quelle belle analogie, Robert!C’est tellement ça!

  3. capitainequebec dit :

    C’est drette ça! Et je ne vois pas de capitaine sérieux à l’horizon. En 1973 dans le comté de Fabre je militais pour Paul Unterberg(un juif, soit dit en passant) et nous croyions alors à l’indépendance, nous étions des milliers prêts à tout. Mes rêves je les ai perdus. Donnez-moi un candidat qui annoncera une élection référendaire…et je me remets à voter pour le parti québécois. D’ici-là je continue d’appuyer un vrai parti de gauche, QS.

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.