Les maudites tables rondes

Les maudites tables rondes

 

 

Quand on ne veut pas faire peur au bébé, on dilue son remède. On lui évitera ainsi qu’il ait à se confronter à un passage désagréable mais nécessaire dans sa jeune vie. On lui évite un malheur en lui sucrant l’existence.

À la télévision, à la radio, on traite l’auditoire de la même façon. Pour diffuser un commentaire cru et qui pourrait choquer ou même provoquer des critiques ou une prise de conscience douloureuse, on noie le poisson. On sucre la vérité. En noyant une opinion forte dans une gerbe d’opinions différentes et nuancées. En regroupant les pour, les contre, les observateurs pleutres et un humoriste ou deux, on fera d’une information nécessaire un spectacle sans conséquence.

Les diffuseurs pourront toujours se draper dans cette soi-disant pluralité pour se défendre de toute accusation de parti pris. L’important, c’est de sauver son job comme si ce job, convoité par tant, était un droit plutôt qu’un privilège. Et on peut toujours annoncer en ondes : «C’est tout le temps qu’on a…». Dans les médias, on a le temps qu’on donne à un sujet, pas le temps qu’on s’impose pour des raisons souvent mensongères comme : «L’auditoire ne peut tolérer que huit minutes», et autres balivernes concoctées par des directions qui n’ont que leurs propres limites comme références.

En invitant systématiquement des «tables rondes» sur les plateaux de télévision ou dans les studios de radio, on tourne en rond. On noie ce qui dérange dans ce qui rassure. C’est à moi de décider si je suis pour ou contre un point de vue, une analyse. Je n’ai pas besoin qu’on me mâche toutes les opinions ou les sentiments que je pourrais émettre ou éprouver!

Sans compter que la cacophonie de ces maudites tables rondes, de ces équipes où chacun se préoccupe de se grappigner un moment de micro comme des graffiteurs qui squattent un coin de mur en empiétant sur le graffiti d’un autre, crée une confusion que les diffuseurs confondent avec du dynamisme.

Plus personne ne me parle, ils se parlent entre eux! Hey! Je suis là!

On se retrouve avec des émissions où on parle beaucoup mais pour ne rien dire, finalement.

 

Si un sujet mérite dix minutes d’antenne, il mérite un invité bien éclairé, éloquent, convaincant, controversé peut-être, qui versera au dossier de nos jugements d’auditoire une pièce importante du puzzle de l’actualité ou de la pensée.

Ce qui nous évitera toutes ces péroraisons de basse-cour qui nous laissent plus étourdis que documentés. Je m’ennuie d’un invité solide qui me parle personnellement à travers la caméra ou le micro.

Comme Henri Guillemin… Vous vous souvenez?

 

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

One Response to “Les maudites tables rondes”

  1. capitainequebec dit :

    1984 et le meilleur des mondes sont le reflet de nos sociétés. C’est pas pour rien qu’il y a crise des médias de masse traditionnels. La Presse qui mettra un terme à l’édition papier en janvier prochain est un bel exemple des changements en cours. La perte de beaucoup d’hebdos régionaux forcent certaines entreprises à annoncer sur Facebook. La tarte publicitaire est toujours la même, ou presque, ce qui réduit les entrées d’argent chez les traditionnels. À force de vouloir présenter des contenus édulcorés on en finit par moins considérer ces médias comme importants dans l’édification de notre bonne compréhension du monde et des sujets présentés. Quand on compare « Tout le monde en parle » version Guy A et celle d’Ardisson on voit bien que la Made in Quebec est très édulcorée.
    Tantôt j’écoutais un belle table ronde animée par Bernard Pivot. On y fume la cigarette, on déborde, on rigole, aucune pub…on réfléchit!
    Si nous n’y prenons garde je n’ose penser à ce qui s’en vient. Surtout depuis qu’on a ouvert une boîte de pandore avec #moiaussi et #balancetonporc.

    Nous vivrons sous peu un gros « Passe-partout » planétaire! Mais moi je serai mort mon frère…du moins je l’espère. À moins d’aller vivre sur une île paradisiaque.

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.