Rare moment musical

Rare moment musical

Vous connaissez ce portail de musIque MEDICI ? On parle ici de musique dite classique. Des concerts et récitals de la plus haute voltige.

Il faut s’y abonner. Le coût mensuel correspond à une entrée au cinéma accompagnée du plus petit contenant de pop corn ou, si vous préférez, un trio double Big Mac.

Un coffre aux trésors.

Les plus grands musiciens interprètent les plus grandes musiques.

On y trouve aussi une précieuse collection de documentaires sur la musique et les musiciens. Et même des classes de maîtres qui nous entraînent dans les entrailles de l’art musical.

Dans cette étonnante collection de concerts se trouve un diamant. Un hymne à la JOIE qui n’est pas signé Beethoven mais Jean-Sébastien Bach. Cherchez-y : CLAUDIO ABBADO DIRIGE LES CONCERTOS BRANDEBOURGEOIS DE BACH.

Une heure quarante d’un foisonnement de joie, de bonheur, de bonne humeur communicative exceptionnelle.

Le lieu est déjà une jubilation baroque. Un écrin tout désigné pour ce joyau de bonne humeur musicale.

Le chef, Claudio Abbado, ne peut retenir ses sourires de musicien ravi. Les violonistes charmantes jouent autant de l’œillade que de l’archet. Les flûtistes s’en donnent à cœur joie. Le claveciniste s’éclate sans réserve. Le trompettiste s’étonne avec enchantement de ce qu’il réussit à jouer au point de s’esclaffer entre ses codas. Les altistes portent leurs regards amusés sur les solistes qu’ils enrichissent harmoniquement. Les violoncellistes et le contrebassiste rassurent tout le monde comme des musiciens de fêtes populaires. Les cornistes doivent contrôler leurs lèvres qui ont un gros goût de rire.

 

Et le festin brandebourgeois s’enflamme dans des rythmes et des cadences si entraînants que la frénésie de danser nous chatouille les jambes !

 

 

Et, surtout, il faut visionner ce diamant antidépressif jusqu’à la toute fin du vidéo. Les musiciens, dont la plupart sont des virtuoses mondialement reconnus, n’en reviennent même pas eux-mêmes d’avoir généré un tel feu d’artifice de joie, de jubilation.

Les spectateurs ne les laissent pas quitter la scène et les joyeux musiciens ne tiennent vraiment pas à la quitter non plus. Tous sentent très ostensiblement qu’ils viennent de vivre un moment unique, rare, grandiose qu’ils ont de la difficulté à quitter. Cet Orchestra Mozart vient de vivre un nirvana musical.

 

 

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.