La course aux «LIKE»

La course aux «LIKE»

Il existe aujourd’hui une nouvelle aristocratie, une caste qui transcende le commun des mortels et n’obéit pas aux mêmes lois; c’est une engeance mythique à qui tout est permis et pardonné. Les membres de ce club international ont tous les droits parce qu’ils sont célèbres.

La richesse, la beauté ou la jeunesse, voire le génie, ne font pas le poids face à la célébrité.  Les églises ferment pendant que l’on sanctifie les petits et grands écrans. Les cathédrales sont numériques et la nouvelle religion est virtuelle.

L’aristocratie contemporaine ne se fonde plus sur la naissance ou la fortune, c’est maintenant une communauté éphémère de sanctifiés-médiatisés issue du public anonyme. Des individus choisis par les adeptes du cathodique pour être adulés le temps d’une tendance. Les sectes s’appellent Loft Story, Star Académie, La Voix, et tutti quanti.

 

C’est la première foi narcissique. Nous y vénérons les stars en ayant l’impression de les choisir. Nous les envions, nous y identifions, et adorons les sacrifier à l’occasion.

 

Il semble que n’être aimé que par quelques proches est une indication de rejet social! Il faut des LIKE par centaines qui entraînent le désir d’être LIKÉ par des milliers qui ne peuvent déboucher que sur des millions pour être enfin aimé…

À l’alcoolisme s’ajoute donc le «LIKISME».

À l’image des médias traditionnels qui se saoulent aux cotes d’écoute (voir le BLOGUE sur le sujet…), il semble que les webeux soient accros aux clics de LIKE.

On confond l’accumulation des LIKE à un «bonheur-o-mètre». Une instrument de mesure illusoire d’un objectif narcissique utopique et naïf.

Il y a un cheminement vers cette délicieuse inutile dépendance à la notoriété des LIKE

Il faut d’abord rêver d’une notoriété d’une telle ampleur qu’elle vous consacre hors d’atteinte de toute critique, de tout rejet. Être aimé inconditionnellement et pour toujours par tous.

Ensuite : éprouver l’impression d’avoir atteint une notoriété définitive en comptant plus de LIKE que tous ses concurrents connus dans son cercle de proximité.

Imaginer voir un jour sa statue dans la cour de son école, sa dépouille vénérée dans un Panthéon, son numéro de chandail retiré de son équipe de hockey reconnaissante, son image sur un autobus…

 

Mais la confirmation ultime de votre notoriété enfin atteinte, c’est d’éprouver le sentiment de la subir. Affirmer à tout un chacun que vous rêvez d’anonymat! Enfin!

De retour à la case départ. Tous ces efforts pour vouloir retrouver son ombre d’origine? La solution est claire mais évidemment pénible à assumer : oublier la recherche des LIKE et la notoriété éphémère de ces tas de LIKE menteurs.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.