À chacun son JEANS

À chacun son JEANS

Il s’appelle Leroy Richardson. Il est arrivé de ses Antilles natales, de Saint-Vincent, à dix ans avec un père venu étudier la mécanique et qui s’est épris d’attachement pour le froid (!) puis a décidé de s’installer à Montréal avec femme et enfant. Un enfant dont le sang bouille aux marmites irlandaises, écossaises, africaines, et caribéennes. Aujourd’hui le québécois que l’immigré de dix ans est devenu ne regarde la télévision qu’en français qu’il parle avec une maîtrise que pourraient lui envier bon nombre de québécois de souche.

À seize ans, son travail chez MacDo ne le stimule pas suffisamment. Il se rend dans le Mile End, le quartier de la guenille, sonne à la porte d’une boutique de jeans où le proprio Borys Fridman, d’origine lithuanienne, l’engage et lui montre le métier. Le jeune Leroy se passionne pour la vente de jeans. Il veut être le meilleur, il le deviendra.

Sa perspicacité lui permet d’évaluer un client en moins de trente seconde. À son allure, sa démarche, son âge, son langage, son vocabulaire, son regard, ses vêtements, son regard. Ce qui le rend heureux c’est de voir l’étonnement de celui ou celle qui trouve enfin un jeans qui correspond à l’image désirée, à sa taille pas toujours normée, dans un style qui moule non seulement le bas du corps, comme on dirait au hockey, mais aussi à sa personnalité. Leroy sourit du sourire des clients étonnés d’être enfin contents d’un achat de jeans.

« Vous n’y êtes pour rien si un jeans ne vous fait pas bien, c’est simplement que ce jeans n’est pas fait pour vous. Je vais trouver le vôtre ! »

Leroy Richardson

L’endroit ne paie pas de mine. Rue Casgrain, dans le Mile-End de Montréal. Une porte toute simple comme percée dans un mur d’usine ou d’entrepôt. Sur la porte : JEANS JEANS JEANS. Un point, c’est tout. On y tient toutes les marques à prix raisonnables. On y trouve aussi les Designer’s Jeans et les marques péteuses de broue.

Leroy a démontré une telle virtuosité à trouver le jeans parfait pour un client donné, l’ajustement idéal pour une cliente craintive, qu’il s’est acquis une réputation d’un coup d’œil rare pour conseiller LE jeans adapté aux goûts et caractérisitques de chacun et chacune. Quand Leroy affirme que ce jeans vous fait bien, c’est qu’il vous va à merveille. Et il saura vous le faire couper à la bonne longueur. Vendeur mais pas menteur pour autant. Il a fidélisé la clientèle de cette boutique depuis plus de quinze ans. À tel point que le patron, propiétaire depuis 45 ans, Borys, lui a permis de devenir son associé. Une approche de service à la clientèle reconnue dans un guide touristique français. Un must, comme on dit à l ‘ombre de l’Académie

Je sais. Ce blogue a toutes les allures d’une publicité. Et bien non. Je suis simplement toujours admiratif de l’excellence d’un service quand j’en débusque un. Ce qui m’arrive de moins en moins souvent.

Toute mon admiration à ce regard infaillible de Leroy Richardson qui lui permet trouver infailliblement le jeans adapté à chacun. Le tout enrobé d’une bonne humeur sympathique.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

One Response to “À chacun son JEANS”

  1. Gerard Ponthieu dit :

    Ouah ! mais je connais cette boutique d’enfer, non ? (Si j’en crois mes deux jeans rapportés de Montréal).

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.