La mode masculine émascule

La mode masculine émascule

Les pantalons accrochés au «centre des loisirs» (Merci Clémence Desrochers d’avoir un jour si bien su nommer la région) pour ne pas se retrouver aux chevilles et coincés dans des vestons qu’on dirait empruntés à un frère beaucoup plus jeune. Des hommes déguisés en pubères qu’on dirait prêts à faire changer leur couche. Une mode ou un mimétisme?

09basfesses

Ces jeunes arborant leur décolleté du cul comme une audace, une mode (un mimétisme plutôt), comme une protestation et un refus des consensus sociaux, remonteraient sans doute leur culotte à la ceinture s’ils savaient d’où vient cette idée de porter la dite culotte sous le porte-crotte.

Ce sont des prisonniers américains qui auraient initié cette pratique (douteuse quand elle se pratique dans un Métro bondé… surtout quand le pratiquant est debout devant la face des passagers assis). Les prisonniers ainsi affublés signifiaient alors clairement aux autres détenus leur disponibilité à une sodomie consolatrice.

Il me semble que si nos décolletés du Métro connaissaient bien le sens du message de leur geste, plusieurs OOpteraient plutôt pour la pudeur du cul!

09nestor

Depuis des lustres, les vêtements trop petits et enfantins sur des corps d’hommes adultes font rire. C’est l’apanage des clowns. Les plus vieux se souviendront de Fridolin (Gratien Gélinas) et de Nestor (Claude Blanchard).

09fridolin1
De plus, beaucoup de jeunes adorent les vêtements trop grands comme à l’époque des zoot suits qui démontraient alors leur aisance financière en se payant des mètres de tissu en trop.

09zoot

Mais la tendance actuelle reflète plutôt ce qui ressemble à une volonté de ne pas vieillir en ayant l’air d’être en pleine croissance adolescente et de porter des vêtement devenus rapidement trop petits. Ça donne un air d’innocence et d’irresponsabilité.

09immature

 

 

 

Les jeunes loups des cinq à sept célèbrent l’ambition et portent des complets savamment coupés trop court, la taille trop haute, la ceinture trop basse, les manches du temps qu’on avait les bras moins longs, les pantalons au-dessus des chevilles (avec de l’eau dans la cave, disait-on il y a longtemps). Pourquoi cet attardement au temps d’avant les responsabilités? D’avant les paiements sur la BMW? Seraient-ce le symbole d’ambitions trop grandes et de moyens insuffisants pour les atteindre?

 

 

Les vêtements et la façon de les porter restent un langage. Décoder la mode et les manies du jour, la grégarité puérile derrière l’établissement tacite de standards, mène vers une première  compréhension de ce langage vestimentaire.

Mais, dans les modes du jour observées, il manque un élément essentiel. Je ne vois pas de notion d’élégance. Un vêtement devrait habiller et non déguiser. J’entends toutefois les mots hot et cool,

09noiret   09gabin2

 

 

 

 

 

 

mais pas le mot élégance que savaient si bien conjuguer Philippe Noiret et mon idole Jean Gabin.


Je suis le genre à chanter avec JACQUES BREL :

Se sentir quelque peu Romain

Mais au temps de la décadence

Gratter sa mémoire à deux mains

Ne plus parler qu´à son silence

Et

Ne plus vouloir se faire aimer

Pour cause de trop peu d´importance

Être désespéré

Mais avec élégance

À condition de savoir se donner le droit absolu de s’habiller selon ses goûts, évidemment.

09poules-610x3421

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

One Response to “La mode masculine émascule”

  1. Gaslep dit :

    Monsieur Blondin
    Comme je n’entendais jamais parler de cette mode tellement contraignante, ne serait-ce que pour se déplacer, (je ne mets même pas en ligne de compte qu’elle est hideuse, tous les goûts étant dans la nature), je suis content que vous débrouilliez enfin à mes yeux les raisons qui font que des gens préfèrent sérieusement avoir l’air fou pour affirmer qu’ils sont différents de la masse, se confondant ainsi dans une autre masse.

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.